C’est toujours bon au fond de prendre une claque

Le « souci », comme ils ou elles disent tous désormais à tous les bouts de champ, c’est qu’il faut 15 relectures pour se rendre bien compte qu’on a été giflé

Je cherche par quel bout cela peut bien être original, moi qui ne pensais qu’en sillon, et à peine en cillant

En tout cas pas par les mots, je ne saigne : je ne ferai plus jamais signe !

Seuls les miens me font du bien, ce qui fait de moi un pur salaud, et encore un assez beau, un monstre de delicatesse, mais ce n’est pas diable le cul ! Où veux-tu que je m’encorne : je suis borgne, je te dis, je ne vois qu’à travers des jalousies ! des meurtrières comblées ! On laissera les douves, pour le coup, de côté

La passion nous a tellement quittés, pas même dans le lointain, pas même loin du charnier : à mort tous les gerfauts, il faut qu’on rende toutes les clefs, il faut tout rendre, par toutes les ouvertures, la passion il faudrait l’ash-taguer : littéralement l’étiqueter cendre, et ne plus en parler

Se taire dans le silence, le laisser nous pénétrer de sable, allez, prête-moi ton sabre, j’en fais coupe-papier

Celle qui n’est pas pleine ne le sera jamais plus et nous vide au dedans, comme un mollusque fou qui cesse de filtrer, pour se rendre au néant, seul à l’insu de tout, et veut se digérer

Car à relire je me rigole, je me suinte dessus, et pas même une pinte n’aura le dessus

Las des quarantièmes jouissant, faisons semblant d’hennir encore, dit l’onde à l’oiseau mort, tu vois bien que ce n’est pas la chair

Je suis sable je suis papier je suis masure de verre, quant aux poupées, elles n’ont pas appris à danser, elles savent qu’il n’y a plus de pas chassés possibles

Je n’ai pas même la peau d’un ver et ne finirai plus à tes pieds

C’était facile tout ça, il suffisait de lire, de lire et de relire, quand il n’y avait rien d’autre à faire moi j’ai regardé le soleil qui n’a voulu me brûler, même pas les yeux

J’erre, j’erre dans un non lieu, je suis coupable, faute de mieux

Je m’indiffère, à ne pas remuer le moins du monde la terre

Qui dit mieux

Le 13 juillet 19 (comme un œuf)

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :