Mais à l’instant où se déclenche l’avalanche, la douceur de la neige et la dureté de la roche permutent. Le désastre est causé par la neige et non par le moi. Par la douceur, et non point la dureté. » Mishima, L’Ange en décomposition, chapitre 24, 1970.

%d blogueurs aiment cette page :