Notre inscription


notre estomac
inscrit dans le temps
nos pieds nos mains
nos poumons
inscrits dans le temps
nous nous énamourons
de cette sécheresse de ce blanc souci
aplatis comme des éponges
sur un coin de fenêtre
à nacrer des éclats
et nous en finissons
patiemment durs et plats
comme l’os de la seiche
que vient lécher le chat
teint du sang des pinsons

%d blogueurs aiment cette page :