Colère (Guerre)

Je suis prof. Quand je vais au taf, c’est pour les élèves.

Le reste n’a, pour moi, aucune importance. Je veux dire : le reste n’existe pas. Je veux dire : le reste n’a pas d’existence. Autrement dit, je ne me soucie pas de la masse, qui vient au râtelier universitaire (Rimbaud) remplir sa gamelle : c’est toujours la gamelle qui justifie la compromission active dans leur propos : je parle pour maintenir mon image de moi, et encore, modestie, non pas par goût de l’adhésion au sublime revendiquée (élever des enfants), mais parce que j’ai un appart et un frigo à remplir. De ce point de vue, ils mentionneront par exemple la traite du loyer, le confort du couple, et sa destination : l’éducation de leurs bambins, pour justifier toutes leurs compromissions. Un exemple rapide : entretenir des relations courtoises avec une personne nullissime et odieuse qui enseigne tout de même, par la magie noire du recrutement (un analphabète pistonné suffit), à qui on a donné la charge d’un cours. Ce n’est plus du tout l’idéologie qui règle leur rapport au monde, et, partant, leur rapport aux gens : c’est l’intérêt. J’ai vu des collègues intelligents mettre les imposteurs à l’aise, sans se rendre compte qu’ils coupaient par là-même toute possibilité de rapport avec moi. Je ne leur reparlerai jamais réellement (le sens de cet adverbe sera bonne matière au prochain texte).

Je lance des anathèmes ? je suis élitiste ? fasciste ?

Si vous voulez mais moi je dirais plutôt : mon cours est meilleur que le vôtre pour mille raisons dont la seule nécessaire et suffisante est que les élèves parlent de moi comme d’un mythe, et de vous comme d’une mite.

Je me fais visiter (il n’y a plus d’inspection, justement pour ne plus faire aucune distinction entre la qualité des cours, discernement réduit à une discrimination jugée fasciste : ce sera l’objet du texte quand j’aurai le temps de le pondre, en attendant, contentez-vous de cette saillie drôlatique comme brouillon). La visiteuse me dit : « Tu as de le chance, ils sont hyper réactifs. Moi, c’est des scientifiques bornés, c’est beaucoup plus difficile. »

L’hypothèse selon laquelle ce serait moi qui, par un quelconque talent, les auraient amenés à être littéraires n’est jamais envisagée. Envisager un talent, c’est détruire le système de la compétence qui est le paradigme désormais absolu (j’expliquerai).

Autrement dit : nous n’avons vraiment plus rien à nous dire, sauf quelques hyper-rares personnes qui prennent le risque de penser aux élèves (ce sera un point lourd du texte réel).

Adios, si vous êtes visé(e), ne me lisez plus (j’écrirai aussi un texte là-dessus), car je vous déteste, au bas mot, au ras du mot, à sa racine.

Copenhague, le 6 Mars 2020.

%d blogueurs aiment cette page :