Je ne sais pas être amoureux

DJ, please, play a song for the lovers
Richard Ashcroft

Je ne sais pas être amoureux.
C’est pas facile faut dire non plus.
Octosyllabe de circonstance.
À peine si j’ose m’étirer.

Prendre un congé, une vacance,
N’être plus là et honni soit
Qui mal y pense,
Je suis amoureux comme un chat.

J’aime bien la pelote,
Les grands sourires, les falbalas,
Les cheveux noirs, oui, pourquoi pas,
Comme un mouton c’est encore mieux.

J’aime bien aussi les longs roux.
En vérité, j’aime un peu tout,
Pourvu qu’il y ait de l’aisance,
Qu’on ne me traite pas de fou.

J’oublie le blond, l’évanescent.
Le littéraire par trop filtré.

C’est pour de bon que je renonce aux firmaments,
Qui sont tous un peu endiablés
Mais un peu plats, à délaisser :
On ira, dans une autre vie,
Souffrir en pamoisons de faon.

J’aime qu’on sache dans l’intime,
Me coiffer d’un bonnet d’idiot,
Qui se méprend, qui parle trop,
Qu’on peut vexer sur son accent,
Qui, je l’avoue, sent bien sa dime.

J’ai de l’audace dans mes retraits,
Je me déguise et n’en puis mais,
J’ergote et fais des métaphores,

Qu’on me reproche, sans coup férir
Et je m’éclipse avant l’aurore,
Sans n’avoir rien fait que faire rire.

Copenhague, 12 juillet 2020.

%d blogueurs aiment cette page :