Sébastien Pellé

La meuf qu’on aime

Je pense des choses au-delà de l’apha et de l’omega, je crois que mon exil en terre natale a son mot à dire et qu’on jouera de la gratte, avec ou sans l’amour de la meuf qu’on aime, en se souvenant qu’elle a toujours raison, mais qu’on est des poètes avec tout ce que ça […]

Plus

Déclaration

Déclaration C’est tellement dur et fort et compliquéC’’est tellement plus de motsQu’un ventre ou qu’un gosierC’est tellement trop dans tous les sens les directions et les sensQue je vais à la ligneSans y penser parce que là c’est totalement toutC’est plus que moi que nous et c’est si bien ainsiQue je reste à pianoter au […]

Plus

Vision

Vision Le pas des portes, grange austère paquebot de nuit immobile où parle encore un mort pendu de liesse, tandis qu’on hisse dans les airs les lourds bovins gonflés de pestilence, pensée tu reviens t’hypnotiser de lourds glaciers au Nord qui bercent ton exil permanent dans le fracas de leurs détachements silencieux, à jamais hermétique […]

Plus

En silence

En silence Alerte. Je suis possédé d’un souffle sans raison ni fin et dont personne absolument ne veut. Es-tu sur la banquise de mon ciel de fin d’août, bouleversant des lettres, en mols émoluments, sur ce fond de nuit chaude ? Je ne porte aucun drapeau, mes solitudes ont leurs couleurs et leur mystère suffisant. […]

Plus

Désir

Désir Il faut écrire pour faire la lumière. Menacé par ses éclipses, l’esprit cherche le soleil avec une volonté sans fin. L’invention part d’un secret qui s’éclaire comme en fin de journée. La dignité haïssable, la peur est le grand saut, la force de la pensée, le désir pur.

Plus