A la tâche

A la tâche

J’aplatis sur l’enclume en copeaux de métal
Une molle énergie qui me foudroie lentement
L’œil en coin un peu bleu je darde des éclairs au ralenti
Qu’un photographe m’envie et je fais ça sans phare et sans publication
Au bas mot personne n’est au courant
Les fils traînent par terre dans un foutoir notoire et menaçant
A la moindre étincelle toute la cabane prend feu
L’atelier est précaire et théâtral
Pour que l’artisan s’y saigne à fond
Nuit et matin de la sciure au plafond
Littéralement consentant à se laisser fendre par le milieu
Comme un pantin marionnette de bois
Articulé par la passion même s’il faut toujours mentir un peu
Je ne sais pas ce que la veille a mangé du lendemain
Toutes les boussoles se confondent
Le temps presse et en même temps il est bien oublieux
C’est un pli sympathique une habitude qui n’est pas
Tout à fait comme une autre

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :