Chemins I

Si par les chemins de pierre et ronce
Où les fougères se penchent
Je descends en freinant contre la pente d’un bâton
C’est pour descendre en mesure
Et par conséquent plus profond
Et renversant presque la pente à mon profit
Au profit de toutes mes résistances
Comme celle de l’œil qui m’a-t-on dit
Aime à corriger et supprimer la distance
Ramener l’objet depuis le fond à sa surface
Ramener l’objectif à sa toute petite place
Ainsi va ma pente et ma retenue qui l’épouse
À peine si j’ose un pas de côté pour m’accrocher au tronc
D’un arbre un peu plus fin et non forcément plus jeune
La courbe du chemin qui se resserre et m’use l’œil

Car le bonheur s’annonce en mourant
Ce sentiment d’exil à peu près permanent
Je n’ai jamais rien accordé à la prévision du confort
Et quand tu crois t’offrir tu me retires tout
Faisant de moi l’objet ce personnage qui s’échappe
Afin que rien ne glisse et pas même une roche
Afin que rien ne risque et pas même un reproche
D’ailleurs tu prends ton pli dans ma réponse
Tu te retires sans un cri en son étui de velours
Et rien ne saigne où tu t’écorches
Mon refus te complète et te rend presque heureuse

La vérité n’est pas en dehors des métaphores
Et n’est pas au-delà de ce passé tout proche
Regarde la courbe où le pays se noie et devient paysage
Où ton visage avive un nom que tu n’es pas
Iras-tu chercher les fleurs bleues sur les pentes en friche
Au creux des ombres nues que les ronces caressent
Où la forêt tombe en tremblant
Tout mérite un effort tout est au bout d’une lente immersion
Et qui pourtant s’offre d’un coup
Dans la surprise anticipée d’un chant
Un point dans le ciel blanc et un coup dans ton souffle

J’ai été trop nerveuse et fui les occasions
Dit la chair éveillée de son long sommeil civilisé
J’ai trop élaboré dans le laborieux mensonge de la paresse
Qui sur nos crânes goutte en un supplice ancien
J’ai regardé les caresses s’envoler dans l’air et semer la terreur
Là où le ciel moi le sourd m’invitait
Onde du pur présent

Marzy-Copenhague, 12/15 Août 2018

 

https://www.hantrainerpro.com/chinois/dictionnaire/chinois-francais/traduction-shufu_comfortabl.htm

https://www.hantrainerpro.com/chinois/dictionnaire/chinois-francais/traduction-shu_book.htm

https://www.hantrainerpro.com/chinois/dictionnaire/chinois-francais/traduction-shu_tree.htm

 

I'm writing. Poems. Stories. Songs. And not so boring reviews about movies, actors and, when I get really angry, news. In the blank spaces, I'm teaching. "Littérature". In a high school. A French one. In Copenhagen. In Denmark. On Earth, in the so-called (Scientist, Priests, Painters, Bakers and Postmen but curiously no Politics) so, in the so-called Universe, on Earth, in Denmark, Copenhagen. My biography is still in progress and will be updated when required. Next time I'm considering quitting everything for a non-sense relocation project of myself in Louisiana (the American one) or writing a poem to some iconic beautiful woman who has crossed my path for just a glance and I want to make it last. In vain, it goes without saying : told you I was a poet. Here it is folks. Haw ! most of all, and not to be forgotten : All my Love. Enjoy reading (and not only me). Sébastien

5 Comment on “Chemins I

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: