EPSILON, la quantité négligeable

Pont de trembler à ne plus laisser place aux hésitations
Le fleuve est si fort qu’il coule vertical
Un monde nous appelle de l’autre côté, rivières, longues vallées, forêts qui nous demandent

Un cœur renouvelé la création attend que les bras les mains
prolongent nos pensées des éclats de lointain, appel à nous renouveler
de nouveaux nœuds, de grands chemins que des pieds ont foulés, mais dans un autre temps

Traversons le pont les forêts sont rouges, le fleuve coule fort
Il roule des rochers, le rouge en les montagnes fait des incendies
Traversons les rideaux, les échos, les vapeurs un instant nous sépare

%d blogueurs aiment cette page :