Bien sûr qu’il faut le voir, c’est un film finalement pour les âmes sensibles. La polémique me fait beaucoup plus peur que le film, n’a-t-on rien lu ou vu, ni Orange Mecanique ni Tristan Egolf ? C’est grave, je trouve, sérieusement. Ça signifie qu’on ne comprend plus, effectivement, ni l’ironie ni l’allégorie, ou qu’on n’a plus aucun instinct de révolte. Ou qu’on n’a aucune conscience de l’injustice de ce monde. Je comprends qu’on soit perturbé à 17 ans (oui je l’ai vu avec des élèves !) justement parce que, comme me le disait hier soir une jeune fille extrêmement fine et généreuse, on s’aperçoit que le monde ne peut guère être bousculé que comme ça, en tout cas dans l’art, que sa couverture de lisseur abominable est étanche à tout cri de protestation qui se lèverait au nom du bien commun. Mais un adulte qui découvre les enjeux d’un film pareil doit soit rester dans l’expectative soit se cultiver un peu, voire simplement se mettre à réfléchir, je crois. Le monde est donc composé de salauds ou d’enfants qui ne veulent pas grandir… Ça un film scandaleux, perturbant ? Sérieux ? Mais la politique est donc totalement morte. Qui montre du doigt l’horreur est désormais un salaud moqué par les requins et les bisounours à la fois… Ça me met en colère…

%d blogueurs aiment cette page :