On bike home (suite en x #5)

La page est blanche et je m’etoile
J’y mets du stupre ou des toiles
Pour envelopper ton corps meurtri
Qu’aucun d’entre eux n’a su aimer
Les innommables

Je ne suis que ce que je peux
C’est pas beaucoup mais reste un peu
Tu peux m’aider ou me faire rire
Tu peux décider de partir

Je te protège contre le vent
C’est mon côté insouciant
Je suis étanche pour ce que j’aime
J’étouffe aussi
Lorsque j’oublie d’être poreux

Allez tends-nous
Nos corps en mal de s’emboîter
Et pour l’âme

Récrivons-nous demain
La ligne est toujours jeune

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :