Départ

poème extrait de La Suite en x

 

Bien sûr j’arrive évidemment
si tu y es où autrement
On ne peut pas tenir longtemps
à des frissons

La ville ment dans la distance
On fait semblant de ne pas partir
On fait même semblant de rester

Par peur d’oublier quelque chose
Comme les cartes sur la commode

un pull ou un dessin de rose
un nouveau jeu qu’on veut montrer

On voudrait pourtant se rejoindre
on souffre dur de ne pas savoir à quel moment
ni si le souffle suffira à nager si loin
à atteindre le firmament
sans respirer

Bien sûr j’arrive
Jusqu’au peut-être où je te tiens
par la mémoire fantaisiste
où je te veux tenant aussi
ma tête par la chevelure

Je voudrais descendre les ciels pour t’embrasser vraiment la bouche
prie s’il te plaît un peu plus fort que l’on se touche
qu’il soit possible
de se toucher

Attire-moi belle araignée
mais comme un reste de romance

épargne-moi
à l’arrivée

Sébastien, le 15 octobre 2017

 

 

 

Advertisements