VIII

DANS LA COUR

J’avais une grand-mère elle allait au rideau
(quand elle n’allait pas au pain ou au courrier)
pour voir par la fenêtre qui avait tourné
elle avait une cour au pied de sa maison
où venaient tourner les voitures
c’était un village en cul-d’-sac
et elle habitait tout au bout
moi je n’y vais même plus je ne joue plus la balle
je m’assieds j’écris et voilà
tout est là pas grand-chose un souvenir
une absence et je sors de la douche
j’ai mis pour moitié des habits de l’armoire
c’est une journée de travail pour la société
mais je peux rester chez moi
c’est petit il fait sombre une lumière de sous-bois
on dirait que l’hiver a jeté son capuchon sur la journée
pour la souffler comme on souffle une bougie
en pleine fin de matinée c’est un peu bleu
de la pluie aujourd’hui son bruit par la fenêtre
qui ressemble à une jalousie à une meurtrière
c’est plus un demi-volet
pas de rideau à écorner j’entends qu’on meule dans la cour
qu’on meule de la pierre
je dois acheter du café
et je digère ou laisse me distiller filtrer une dialyse
le sentiment que quelque chose a passé
mais peut-être pas
et je suis juste après l’aguet
je rêve une guérite
au passage à niveau
où les eaux se partagent

Copenhague, le 10 Septembre 2019.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :