XV

BELVÉDÈRE AMER

Pardon pardon commençons amer pour rigoler me voilà seul c’est fini le samedi est un jour sûr pour ne pas se tromper sur le fonds de l’absence c’est un jour net en perspective on y sent bien les profondeurs hier dans la soirée j’ai vu se fermer toute histoire et mon droit d’entrer dans la chanson s’est envolé comme un visage

À moi ce qui est réservé ce sont les précautions d’usage voyez-vous au lendemain on me remet les jours chômés je suis tricard et on m’indique doucement l’accès de la périphérie où je peux inventer de loin ce qui se passe en métropole est plus opaque et effrayant qu’un bain de flamme ou de pétrole et j’y voudrais mettre le feu m’en remettant très redondant Sardanapale aux authentiques solutions à ceci près que c’est mon corps que j’immolerais sur un banc de fortune ou bien de métal à ceci près la courte dague c’est avant que je la plante dans mon flanc

Et je regarde l’horizon phosphorescent dans les cartons d’inhumaine dissolution tandis qu’au pied du banc dégouttent les dernières pulsations de mon remords et de mon doute en autant de filets de sang versé pour rien sinon me mettre de côté pour mieux me voir et me sentir devenir seul car le monde est penché comme dans la bouteille impossible à jeter et moi dans mon linceul qui me sert de hamac je le vois se figer à l’autre bout la B.A.C. arrête un délinquant

ô le fantasme de la peau qui se décolle ô le mythe de la mue je m’y remets corps et âme et je veux bien que l’on recycle aussi la partie cotonneuse qui m’a peut-être trop servi on m’attend à la proue quand je me noie dans le sillage c’est dommage m’a-t-on dit mais je n’entends plus rien j’ai les tympans obnubilés par le néant

Ne reste que des grains grammaire oblige il n’y a pas plus obséquieux de la grand-mère au grimoire j’ai parcouru l’arc le ciel est entre noir et bleu les vagues s’agitent on sent un frimas d’automne c’est jamais bon les pis-allers à la fin c’est un au revoir permanent une main un mouchoir en perpétuel geste d’adieux disant on ne se verra plus on s’oubliera sans doute et peut-être quand on ouvrira la mauvaise boîte ce sera très douloureux de la mort à plein tube on n’y peut plus rien c’est la fin

Tous les dimanches de l’enfance ennui angoisse école et solitude à la campagne hiver de ténèbres se sont invités ils tiennent à peine dans la pièce même en mélangeant les époques ça se bouscule au portillon toute la reconstitution est saisissante en vérité et nous allons passer à table

Copenhague, les 14 et 15 Septembre 2019.

2 Comment on “BELVÉDÈRE AMER (XV)

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :