« Par les nuits qu’éclaire la lune, il n’était pas commode de distinguer les lumières des bateaux dans les reflets de l’eau. »

Mishima, L’Ange en décomposition, chapitre 3, 1970.

(Si quelqu’un possède l’édition originale en Anglais, il sera grandement remercié de me faire parvenir la phrase.)

%d blogueurs aiment cette page :