10 secondes d’ombre en trop (suite en x numéro 4)

Ecrire

sur la conscience de tes reins

Dans la distance

comme un refrain

En bout de course et du canon

Salopant les toiles des maîtres qui nous séparent nous et toi et je

Tirer boom et fumée c’est toi qui sais

C’est toi qui charges en bandoulière et qui fais pencher le montagnes

Au pied desquelles je m’abîme

Et des ciseaux et du papier

pour qu’on se plie en ribambelles

Laisse-moi t’accordéonner

Quand j’ai tiré tu billes en tête

à la fenêtre

A regarder les ronds

de fumée qui sortent

De ta cigarette

tête casquée