m3IRAX-0NP6PtYGH-i9ro9UkjYk@396x488

Rembrandt, Vieille femme lisant,1655.

 

De fil blanc

à Alban Bouquette

Cousue de haute main en altitude haute
Glycine d’héritage émois qui mangent l’ombre
En l’absence du temps où le siècle s’épuise
La vie continûment repousse les défaites

Le soleil contemple les craquèlements muets
Des micas noirs sourdement assemblés au blanc
Du quartz où la fourmi croit voir un autre monde
Creusé en souterrains où ne va pas le vent

La paume de la jeune main regrettant la
Douceur bleue des matinées dans l’herbe caresse
Ingénument les picots que l’apterus dénonce

Le long d’une lézarde où se hasarde un lierre
Au châle de grand-mère déchiré un peu
Comme un fil de Rembrandt dormant dans la poussière

Sébastien, 21 octobre 2017, Paris.

image de couverture : Rembrandt, Vieille femme lisant,1655.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: