m3IRAX-0NP6PtYGH-i9ro9UkjYk@396x488

Rembrandt, Vieille femme lisant,1655.

 

De fil blanc

à Alban Bouquette

Cousue de haute main en altitude haute
Glycine d’héritage émois qui mangent l’ombre
En l’absence du temps où le siècle s’épuise
La vie continûment repousse les défaites

Le soleil contemple les craquèlements muets
Des micas noirs sourdement assemblés au blanc
Du quartz où la fourmi croit voir un autre monde
Creusé en souterrains où ne va pas le vent

La paume de la jeune main regrettant la
Douceur bleue des matinées dans l’herbe caresse
Ingénument les picots que l’apterus dénonce

Le long d’une lézarde où se hasarde un lierre
Au châle de grand-mère déchiré un peu
Comme un fil de Rembrandt dormant dans la poussière

Sébastien, 21 octobre 2017, Paris.

image de couverture : Rembrandt, Vieille femme lisant,1655.

I'm writing. Poems. Stories. Songs. And not so boring reviews about movies, actors and, if I get really angry, news. I'm drawing, painting a bit, taking pictures, drawing on them, painting a bit. Here it is. Enjoy reading (and not only me). Sébastien

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :