à Antonin Artaud

Je suis la pile atomique

la matière noire en fusion d’elle

Si je distille j’irradie à profusion
on sent comme un courant chaud autour de moi qui électrise les consciences en rendant certaines

complètement tarées

Et qui se croient à m’attaquer quelque droit au nom de la raison et de la nature (en réalité de leur propre déconfiture)

à m’attaquer et à me mordre

jusqu’à ma disparition en arrêtant d’émettre

Et si j’inverse l’impression

Je crée un vide d’incréé comme un reflux de marée noire jusqu’au centre abominable où je dissouds dans la douleur de l’enfer tous les esprits néfastes

les environnants persécuteurs qui ont forcé la porte pour essayer de me voir se croyant légitimes à me connaître

Je suis une pile à double pouvoir d’électrisation/néantisation et ces deux mouvements

Ces deux process

Ne sont ni l’avers ni l’envers d’aucune médaille de César d’une même catastrophe de révélation castrée perpendiculairement à sa chute

Ce sont plutôt les deux faces du masque de Janus

A condition de les contempler simultanément comme l’a dit Picasso

L’existence est l’ennemie de la mort j’existe comme un pavé noir de la mort organisatrice à rectifier des cerveaux morts qui peuplent la terre

de cette immense nécropole à ciel ouvert sans horizon ni firmament qu’est devenue la terre

S le Quint, 10 Novembre 2017, Harbo, Copenhague

I'm writing. Poems. Stories. Songs. And not so boring reviews about movies, actors and, when I get really angry, news. In the blank spaces, I'm teaching. "Littérature". In a high school. A French one. In Copenhagen. In Denmark. On Earth, in the so-called (Scientist, Priests, Painters, Bakers and Postmen but curiously no Politics) so, in the so-called Universe, on Earth, in Denmark, Copenhagen. My biography is still in progress and will be updated when required. Next time I'm considering quitting everything for a non-sense relocation project of myself in Louisiana (the American one) or writing a poem to some iconic beautiful woman who has crossed my path for just a glance and I want to make it last. In vain, it goes without saying : told you I was a poet. Here it is folks. Haw ! most of all, and not to be forgotten : All my Love. Enjoy reading (and not only me). Sébastien

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: