Pleurer pleurer

Pleurer pleurer pleurer pouvons-nous pleurer jusqu’à la fin, pouvons-nous pleurer jusqu’à la racine des larmes, sera-ce l’extinction finale, ce n’est même pas sûr ?
Pleurer jusqu’à la lie, pleurer pour rien et pleurer pour tout à la fois, pourquoi les larmes nous manquent-elles, pourquoi leur sel nous fait-il si défaut ?
Est-ce l’armure, armoirée trop, qui glisse sous notre désir d’être malheureux et glisse jusqu’à l’insignifiance de disparaître une bonne fois ?
Est-ce, est-ce ? Je ne dirai
Pas pourquoi
Nous manquons
De solidité

Pellé, Copenhague, avril, dans les 1ers jours de 2018

un commentaire

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :