« Notre pays doit être réformé sur un certain nombre de points » : tout « analyste », tout politique dont le métier est de commenter le désastre en préservant bien scrupuleusement le fond libéral du monde actuel, qui lui garantit de pouvoir continuer son « job » (ce n’est pas autre chose et c’est ça qui est infâme), dit cela et cela veut dire tout simplement : « sois capitaliste pauvre (aux riches aucun message n’est nécessaire), c’est-à-dire prolétaire corvéable à merci, inter-changeable, mobile et insignifiant de cette jungle impitoyable devenue la norme indépassable ou tais-toi et disparais ». Mais disparaître, c’est un luxe, il faut en avoir les moyens. Ça coûte cher de fermer sa gueule !

Petit complément d’un lycéen plein de bon sens : « 37 élèves dans une classe de Première L, vous trouvez ça normal ?, », non jeune homme, vous avez RAISON…

Dernière réaction, question de Laurence Ferrari (le haut du panier) : « Vous vous attendez à ce qu’il y ait des morts samedi ? »… le commentaire est à la discrétion du lecteur…


Autre commentaire de lycéen qui par ailleurs veut se désolidariser des « dégradations » (ou pour être plus correct dans la phrase des « casseurs ») : « on a la colère en commun ». Enfin on va écouter les RAISONS de la COLÈRE sans la condamner systématiquement comme « dérive » ? NON, bien sûr, car, réponse de je ne sais qui (adulte, journaliste, essayiste, etc.) : « Ce jeune homme a d’énormes responsabilités », ou : « Vous prenez une LOURDE responsabilité car le CONTEXTE est PARTICULIER », entendez : dans le retour de la BARBARIE… L’ « irresponsabilité » est TOUJOURS du même côté ! Et, plus tard, pour l’amadouer sous le coin de l’aile : « On s’est battus, jeune homme, comme vous, par le passé, contre des BARBARES ». CQFD : je me mets de votre côté tout en suggérant que vous êtes comparables, vous et vos AMIS, à ce que NOUS combattions : allons, jeune homme, soyez raisonnable, nous comprenons vos doléances, ne ressemblez pas à celui qui est DEVENU notre ennemi, ce barbare que nous n’étions pas, tout en défendant les mêmes causes. L’ivraie du bon grain, voyez-vous, au fond, nous sommes d’accord, soyez COOL… Relisez Montaigne, bon sang… Le « barbare », c’est toujours « l’autre »…

4 décembre 18

I'm writing. Poems. Stories. Songs. And not so boring reviews about movies, actors and, if I get really angry, news. In the blank spaces, I'm teaching. "Littérature". ""Theater"" (double quotation marks, nobody can teach Theater... nobody can teach anything...) In a high school. A French one. In Copenhagen. Denmark. Capital city. My biography is still in progress, not that impressive (don´t be shy) and will be updated when required. Next time I'm considering quitting everything for a non-sense relocation project of myself in Louisiana (the American one). Here it is folks. Enjoy reading (and not only me). Sébastien

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :