De nos jours

De nos jours

Incidence la lame bleue en son éclat
Au début de la flamme était un accident
Un rien au cœur du drame où ne va pas la science
L’humain ne parle plus qu’en menus déroulants

On échange des mots qu’on prend pour des objets
Chacun veut exprimer son petit ressenti
L’accident est proscrit on ne fait que traduire
Désormais on ne vit qu’en dehors des forêts

La beauté aveuglante d’une poterie
Un grumeau qu’aura cuit la forge très ardente
D’un Héphaïstos égaré dans les Ardennes
Ne suscitera plus que quolibets de haine

Au secours devrait-on tous dire à la fenêtre
A son rez-de-chaussée et au bec du trottoir
Je suis rompu de cette pesanteur j’étouffe
Nous étions destinés au drame que c’est d’être

Plus qu’un oubli irréversible effacement
La conscience a perdu sa racine elle flotte
Un peu sur place un peu comme de la peau morte
La langue est devenue un véritable organe

On voudrait du vautour imiter l’insouciance
Se repaître d’attendre que la vie nous passe
Le but de tout effort est de tout abréger
Comm’ si dans le silence on n’entendait plus rien

Jusqu’à la fin des temps qui n’existera plus
La parole système enrôle les écarts
Et n’a qu’un seul office le compte-rendu
Définitive absence sans une épitaphe

29 décembre 20.

illustration : Émile Bernard — Les Bretonnes aux ombrelles, 1892, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=50134031

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :