Privé d’âme

Un deux trois quatr’ cinq six sept huit neuf dix onze…

Sébastien Pellé

Privé d’âme

Une masse a pris sa place
Et s’en est presque réjouissant
Écrire est un instrument
Qui n’a plus cours
Caduque romain et dépassé

Le corps n’est pas seul pour autant
Et l’esprit n’est pas seul non plus
Pourtant je tiens entre mes mains
Une raison irrésolue
Qui est moi qui rêve et n’a plus cours

Privé de solde je suis l’avenir
Je vole en un instant je tiens tout
Depuis toutes les racines depuis le début
Je cours au firmament d’eau claire traversé
Je me bois de liqueur et je me bois de baiser
Je me tiens bien en main
Je me suis envolé

Je peux me dire enfin libre
Contre toutes les prédictions
Le calibre de la peur est en perdition
Les gouffres sont comblés de force
L’esprit renaît de Phénix il est sûr
Il est plus mûr de son écorce
Les doigts pensent les mains
La…

Voir l’article original 74 mots de plus

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s