Ils nous tueraient sans hésiter

Ils sont écrits pour toi. Et non pas ont été écrits pour toi, ce n’est pas un acte révolu, c’est un état qui perdure. Pas un acte non plus qui se prolonge, erreur d’interprétation inverse car ce n’est pas non plus le facile ils s’écrivent, qui serait cet acte prolongé perpétuellement. Non, ils continuent à être écrits pour toi, ils s’éternisent dans cette adresse. C’est un état bien plus réel que les foutaises sur le texte inachevé que complèterait le lecteur, à la mode du chacun ses goûts, si tu comprends c’est que c’est vrai : mes horreurs, mes évanouissements…

Autant de foutaises des amoureux de la lecture. Ceux qui veulent s’évader, les lâches, les paresseux, je vais le dire plus loin : les véritables bourgeois, qui lisent plus mal que ceux qui ne lisent pas.

Je parle à ceux qui au contraire veulent aller au centre. À ceux que le centre cherche à pénétrer, qui les travaillent et qui sont prêts à en éclater quitte à se dissoudre dans la circonférence.

L’acte révolu (il y en a un, à définir) n’est pas le tout d’écrire, l’état de ce qui en découle (les textes) empreint déjà cet acte. Écrire est donc aussi l’état de ce qui en résulte.

Je ne veux pas de concurrent. Il n’y a plus personne sur le même plan, « et le combat cessa faute de combattants », pas d’histoire, ils ne sont pas à la hauteur, je n’y peux rien. Et, au fond, je le regrette. C’est moi qui y perds finalement. Tu pourrais comparer et moi je pourrais lire.

Les animaux sans instinct ont envahi les rues.

Nous ne sommes plus aux époques de la compassion. Ça pour le coup c’est du vrai révolu.

Elle n’est plus vraiment possible.

La vie de chacun n’est plus si grave qu’elle mériterait éventuellement qu’on la pleure qu’on la préserve qu’on la protège, c’est-à-dire qu’on la porte aux nues, au plus haut d’elle-même, au maximum de ce qu’elle peut être.

Le bourgeois pense à l’inverse : minimisons les dégâts. (Je t’avais bien dit qu’il reviendrait.)

Moi ma déclaration est d’amour et de guerre : je me déclare en même temps au monde et à toi.

Je t’aime mais aussi je le hais je l’avoue.

Mais c’est aussi je t’aime un point c’est tout.

C’est quand j’aborde les plans plans que tu deviens ma haine.

Dans ma meilleure humeur je me dis qu’on servira d’exemple mais je n’y crois pas : ils nous tueraient d’abord.

Ça dégaine vite quand c’est jaloux les animaux sans instincts.

À lire cela il y en a qui auraient la première émotion de leur vie : bienvenus, j’en suis ravi.

Installez-vous il y a tout à voir.

L’amour est le danger absolu la dernière résistance, vous ne nous aurez pas ! Nous sommes déjà l’un à l’autre et notre force c’est de ne pas toujours le savoir nous-mêmes : pas de meilleure cachette que celle qu’on a oubliée…

Copenhague, le 9 Septembre 2019.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :