Adieu Adieu

Adieu Adieu

Partout sous un arbre où se réfugie mon trouble

Les derniers instant déploient un chagrin allongé

Il ressemble beaucoup à ceux qu’il épaissit

Seconde couverture un double-fond dans la mémoire

Fuite et fuite en dessous à travers tous les pores

Sur le pont tout pourri s’amassent des trésors

Qu’il faut jeter en mer si on ne veut pas couler

Le naufrage est un amas de pertes

Amis visages vains

Lieux qui sont tous pareils à d’âpres sépultures

Il faut trouver l’aurée d’un tout nouveau chemin

D’une nouvelle peau

Ne plus sembler à soi

Que par un blanc pinceau

Être un serpent qui danse

En digérant ses os

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s