Le vol statique des corbeaux sur moi

Entier je veux être couvert
D’une masse de corbeaux
Dont j’écarterai les ailes
Quand il faudra t’embrasser

Cette meute piaillarde
Et discrète à dessein
M’enrobera d’un drap
Don’t j’écarterai les becs
S’il faudra te parler

Ils piaillent de souffrance
Et d’idées impossibles
De faims qu’il faudrait taire
Ils vivent dans l’errance
Sur mon épaule extatique

Mais l’œil du fou saint
Est endiablé chez eux
Qui savent rire et menacer
D’un même cri

Je les porterai grâves
Le torse de côté
Et je laisserai faire
Leur ballet désastreux
Quand il faudra se taire
Et se mettre à t’écouter

Copenhague, le 3 décembre, Sébastien Pellé

I'm writing. Poems. Stories. Songs. And not so boring reviews about movies, actors and, if I get really angry, news. I'm drawing, painting a bit, taking pictures, drawing on them, painting a bit. Here it is. Enjoy reading (and not only me). Sébastien

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :